Dernière séance du séminaire

Date 3 mai 2011

La dernière séance du séminaire aura lieu le mardi 10 mai, de 18h à 20h à la Misha (salle Asie) :

Christian Bonah & Joël Danet
(Histoire des sciences, Université de Strasbourg, IRIST)
Le film d’éducation sanitaire comme objet frontière entre culture, éducation et propagande. Quelques remarques à propos de "Misères des femmes - Joies des femmes ou Un hymne à l'art médical (1929/1930)" de E. Tissé et S. Eisenstein

La période de l’entre-deux-guerres est marquée par des débats passionnés pour et contre la dé/pénalisation de l’avortement en Europe. La question de la natalité et des naissances s’inscrit dans un champ de tensions entre hygiène sociale, eugénisme, peur de la dépopulation, mouvement de réforme sexuelle (mariage, éducation sexuelle, PMI, contraception, etc.), lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et la question du statut des mères dites "mères-filles" et des enfants dites "illégitimes".
En 1929, le producteur Lazar Wechsler directeur de la compagnie cinématographique suisse Praesens entreprend la réalisation d’un film "documentaire" ou de non-fiction (bien que les deux qualificatifs peuvent être discutés ici) pour sensibiliser le grand public aux dangers de l’avortement clandestin. Le film est construit sur une double opposition que résume parfaitement son titre. Connu habituellement sous son titre original allemand Frauennot - Frauenglück (Misères des femmes - Joies des femmes) le film progresse en montage parallèle de la détresse de l’avortement (première partie) vers la mise en scène de naissances heureuses (deuxième partie). En même temps le film oppose deux univers celui de l’avortement clandestin dans une chambre sombre à celui de l’hôpital moderne que ca soit pour une naissance normale, pour une césarienne ou même pour une interruption médicale de grossesse autorisée en cas de détresse médicale de la mère. Ce deuxième mouvement justifie la deuxième partie du titre - et du film - habituellement omis dans sa présentation Misères des femmes - Joies des femmes ou Un hymne à l'art médical. Cette suite de titre opère la transformation "de misère en joie" en assignant à l’hôpital moderne et au médecin homme dans un sens réel et figuré le rôle d’accoucheur d’une naissance heureuse et de la "joie de femmes".
C’est cette représentation du médecin et de son art qui se trouve enchâssée dans un film "documentaire" sur les méfaits de l’avortement clandestin que je souhaite analyser en détail.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche