Séminaire Interdisciplinaire de Recherches sur la Culture à l’Université de Strasbourg (argument)

Si la plupart des domaines de la connaissance en sciences humaines et sociales sont investis conjointement par différentes disciplines, les questions culturelles sont sans doute parmi les plus partagées. Aux côtés de celles dont l’objet même est « culturel » (comme les disciplines littéraires et artistiques), on y retrouve en effet peu ou prou toutes les disciplines des sciences de l’homme et de la société, de la sociologie au droit, de la géographie à l’économie en passant par l’histoire, la science politique, etc.

Chacune de ces disciplines et, en leur sein, des courants qui les traversent, l’aborde selon son histoire propre, son outillage conceptuel, ses perspectives théoriques. De l’analyse des textes et des inter-textes aux logiques de leur production, de leur diffusion et des formes de leur appropriation, en passant par l’analyse des politiques publiques qui en définissent les contours institutionnels, il y a parfois des distances importantes que les frontières disciplinaires et la dispersion entre laboratoires ne contribue pas à réduire. Derrière le mot même de « culture », il n’est d’ailleurs pas sûr que les différentes approches disciplinaires envisagent exactement le même « fait », tant celles-ci ont progressivement forgé des objets propres, des façons spécifiques de découper le réel. Et, hormis les cultural studies anglo-saxonnes, on compte peu de tentatives pour établir des lieux et des moments de collaboration entre elles.

Pourtant, des passerelles existent bel et bien entre traditions disciplinaires sur ces questions. L’économie de la culture est sans doute l’une des spécialités de la science économique qui dialogue le plus avec la sociologie ou le droit. Des œuvres traversent les disciplines, à l’instar de la sociologie de Bourdieu qui constitue désormais une référence importante dans les études littéraires. De nouvelles questions, comme celle de la réception de œuvres, essaiment dans des champs très variés. Et si, pour faire vite, les disciplines centrées sur les contenus artistiques ou littéraires sont de plus en plus attentives aux processus (de production, de consécration, de diffusion, etc.), la réciproque est également vraie : l’histoire, les sciences de la communication ou la sociologie, largement centrées sur les producteurs et leurs modes d’organisation ou de relation avec le public, s’arrêtent de moins en moins au seuil des contenus.

Sans bien sûr prétendre à la totalisation des savoirs, mais avec le souci d’une cumulativité des connaissances et des procédures interdisciplinaires, ce séminaire se propose de fonctionner comme un espace relativement inédit (au moins dans le contexte universitaire strasbourgeois) d’échange entre chercheurs issus de traditions diverses. Il se conçoit comme le lieu d’un travail de traduction nécessaire à l’établissement d’une compréhension possible entre des travaux qui, trop souvent encore, s’ignorent mutuellement. Ce travail poursuit un double objectif. D’abord de permettre à des chercheurs de présenter leur travail à des collègues avec lesquelles les occasions d’échange sont finalement assez rares, à des fins d’enrichissement et tout simplement d’information mutuels. Ensuite, sur cette base, pourront se constituer des collaborations de recherche qui, loin d’une réponse docile et de façade aux injonctions institutionnelles à l’interdisciplinarité, se fondent sur des affinités intellectuelles construites dans la discussion et permettent ainsi un véritable renouvellement de perspectives.

Ainsi, réunissant des intervenants, des discutants et des participants issus de plusieurs disciplines, chaque séance articulera deux niveaux de discussion : d’une part, la présentation d’un champ ou d’un sous-champ disciplinaire, de manière à en rapporter les principales articulations et les principaux enjeux, c’est-à-dire les principaux apports spécifiques, et, d’autre part, la restitution d’un travail de recherche s’y inscrivant, afin de mieux manifester, non seulement les connaissances édifiées à propos d’un objet particulier, mais aussi les modalités d’opérationnalisation empirique de la discipline. Loin d’aboutir au constat d’une spécialisation irréductible et d’une incommensurabilité des outils mobilisés, il s’agit au contraire d’œuvrer collectivement à dégager des points de contact et à expliciter des perspectives et des méthodes potentiellement mobilisables dans d’autres secteurs de recherche, à même, peut-être, de tracer des ouvertures dans les pratiques disciplinaires respectives.

Il s’agit donc de s’interroger sur la culture à partir de perspectives croisées, sans en restreindre a priori la portée sur ses formes les plus consacrées : en particulier, les cultures dites « populaires », les pratiques amateurs, les « cultures de masse » sont partie intégrante des objets qui seront abordés cette année. Pour ce faire, il a semblé pertinent de privilégier (sans s’y réduire), au sein des productions strasbourgeoises, les travaux de recherche en cours, peut-être les plus susceptibles de rendre visibles les rouages empiriques et les options théoriques d’une pratique disciplinaire donnée et de donner prise à la discussion collective.

La première édition de ce séminaire a une visée exploratoire, permettant notamment un repérage le plus complet possible des chercheurs d’horizons divers susceptibles de s’engager dans cette réflexion collective. Son fonctionnement se veut donc délibérément informel, dans la perspective de l’élaboration itérative d’une manière de procéder et d’orientations thématiques qui pourront déboucher sur des rencontres et échanges à la fois plus nombreux et plus structurés à partir de l’année prochaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.