Dernière séance du séminaire

La dernière séance du séminaire aura lieu le mardi 10 mai, de 18h à 20h à la Misha (salle Asie) :

Christian Bonah & Joël Danet
(Histoire des sciences, Université de Strasbourg, IRIST)
Le film d’éducation sanitaire comme objet frontière entre culture, éducation et propagande. Quelques remarques à propos de « Misères des femmes – Joies des femmes ou Un hymne à l’art médical (1929/1930) » de E. Tissé et S. Eisenstein

La période de l’entre-deux-guerres est marquée par des débats passionnés pour et contre la dé/pénalisation de l’avortement en Europe. La question de la natalité et des naissances s’inscrit dans un champ de tensions entre hygiène sociale, eugénisme, peur de la dépopulation, mouvement de réforme sexuelle (mariage, éducation sexuelle, PMI, contraception, etc.), lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et la question du statut des mères dites « mères-filles » et des enfants dites « illégitimes ».
En 1929, le producteur Lazar Wechsler directeur de la compagnie cinématographique suisse Praesens entreprend la réalisation d’un film « documentaire » ou de non-fiction (bien que les deux qualificatifs peuvent être discutés ici) pour sensibiliser le grand public aux dangers de l’avortement clandestin. Le film est construit sur une double opposition que résume parfaitement son titre. Connu habituellement sous son titre original allemand Frauennot – Frauenglück (Misères des femmes – Joies des femmes) le film progresse en montage parallèle de la détresse de l’avortement (première partie) vers la mise en scène de naissances heureuses (deuxième partie). En même temps le film oppose deux univers celui de l’avortement clandestin dans une chambre sombre à celui de l’hôpital moderne que ca soit pour une naissance normale, pour une césarienne ou même pour une interruption médicale de grossesse autorisée en cas de détresse médicale de la mère. Ce deuxième mouvement justifie la deuxième partie du titre – et du film – habituellement omis dans sa présentation Misères des femmes – Joies des femmes ou Un hymne à l’art médical. Cette suite de titre opère la transformation « de misère en joie » en assignant à l’hôpital moderne et au médecin homme dans un sens réel et figuré le rôle d’accoucheur d’une naissance heureuse et de la « joie de femmes ».
C’est cette représentation du médecin et de son art qui se trouve enchâssée dans un film « documentaire » sur les méfaits de l’avortement clandestin que je souhaite analyser en détail.

Programme du séminaire (2e semestre 2010)

  • mardi 2 février 2009, 18h-20h (Misha, salle Amériques)
    Géraldine Djament (géographie, Université de Strasbourg, LIVE)
    « Les lieux de la culture. L’exemple de Rome »
    discutant : Simon Borja (sciences politiques, IEP de Strasbourg, GSPE)
  • lundi 8 mars 2009, 18h-20h (Misha, salle de la Table ronde)
    Patrick Tenoudji & Dorothée Magdelain (sociologie, Université de Strasbourg, LCSE)
    « Enquête aux TAPS de Strasbourg »
    discutant : Vincent Dubois (sciences politiques, IEP de Strasbourg, GSPE)
  • mercredi 21 avril 2009, 17h-19h (Misha, salle Asie)
    Jérémy Sinigaglia (sociologie, IEP de Strasbourg, GSPE, Université Paul-Verlaine de Metz, 2L2S/ERASE)
    « Etre heureux dans l’emploi culturel ? Qualité de l’emploi et du travail des femmes et des hommes du spectacle vivant »
    discutante : Odile Paulus (gestion, Ecole de Management Strasbourg, LaRGE)
  • mardi 11 mai 2009, 18h-20h (Misha, salle Amériques)
    Kevin Matz (sciences politiques, IEP de Strasbourg, GSPE)
    « Les effets bénéfiques de la culture sur les territoires : quelques pistes d’analyse de l’espace de production d’une croyance »
    discutante : Géraldine Djament (géographie, Université de Strasbourg, LIVE)

Séminaire Interdisciplinaire de Recherches sur la Culture à l’Université de Strasbourg (argument)

Si la plupart des domaines de la connaissance en sciences humaines et sociales sont investis conjointement par différentes disciplines, les questions culturelles sont sans doute parmi les plus partagées. Aux côtés de celles dont l’objet même est « culturel » (comme les disciplines littéraires et artistiques), on y retrouve en effet peu ou prou toutes les disciplines des sciences de l’homme et de la société, de la sociologie au droit, de la géographie à l’économie en passant par l’histoire, la science politique, etc.

Continuer la lecture de Séminaire Interdisciplinaire de Recherches sur la Culture à l’Université de Strasbourg (argument)